Baby : Tu peux essayer de l'aider

Tous les trois arrivent dans les cuisines...

Johnny : Merde... Calme toi !

Johnny prend Penny dans ses bras... Calme toi, je suis là

Penny : Oh !...

Johnny : Johnny est là, ça va aller... Ca va aller ! je laisserais personne te faire du mal

 
Baby assiste à la scène impuissante...

Johnny : Allez ! on se tire d'ici. Accroche toi... Accroche toi... Voilà, on y va

Johnny : Qu'est-ce qui t'as pris ma grande ? tu aurais du m'en parler tout de suite. Je t'aurais arrangé le coup. Quand t'as un problème, tu viens me voir ok ?

Penny : Laisse tomber Johnny. Je vais quand même pas te pomper tout ton fric

Johnny : Ecoute Penny, ça ça me regarde

Penny : Et puis de toute façon, t'en aurais pas assez

Penny s'effondre...

Penny : C'est affreux, je suis complètement à bout

Baby : Mais ça va s'arranger, on va te sortir de là

Penny : Baby, tu vois ces larmes ? tu risques pas d'avoir les mêmes. Tu connais pas mon problème, alors tais toi

Billy : Je lui ai dit

Penny : Cette fois, t'es barge ! elle va aller tout raconter au fils du patron et du coup, on est bon pour se faire virer. Pourquoi ne pas l'écrire en lettres de néon "Penny s'est fait mettre en cloque par Robbie"

Baby : C'est Robbie ?

Johnny : Surtout tu....

Billy : Elle dira rien Johnny, elle dira rien. Il faut absolument trouver un docteur. Il faut un toubib, un vrai. Y en a un qui arrive dans la région la semaine prochaine. On peut le faire venir mais ça coûte 250 dollars

Baby : Si c'est Robbie le coupable, c'est lui qui devrait payer. Je suis sûre qu'il a les moyens, vous n'avez qu'à lui expliquer

Penny : Il s'en fout. Ha ! ha ! humm... tu peux retourner jouer à la poupée, Baby

Baby les regarde un à un, se détourne et part de la maison. Le lendemain, Baby décide d'aller parler à Robbie...

Robbie : Alors, tu as décidé de te mêler de mes affaires maintenant ?

Baby : Mais tu ne peux pas la laisser tomber comme ça